23/01/2004

Industrial : A Total War on Ignorance

"Musique Industrielle", nom choisi ironiquement pour indiquer ce contre quoi elle se dresse. Pour répondre à des impératifs de vente, la musique populaire est formatée pour plaire au plus grand nombre, pour passer à la radio (durée des morceaux entre 2 et 8 minutes) et bien sûr ne contenir aucun message qui pourrait être assimilé comme choquant par a majorité. Apparut à la fin des années '70, simultanément avec le mouvement punk, et issus du courant artistique "happening", qui consiste à exécuter des performances au lieu de présenter des oeuvres d'art finies, l'industriel fait tout le contraire. Froide, agressive et difficile à écouter (pratiquement impossible lorsque l'on parle de certains groupes de 'noise'), allant jusqu'à être des manifestes politiques, cette musique n'a jamais su sortir de l'Underground, si l'on excepte certains groupes tels que Laibach mais qui, eux, ont arrèté l'expérimentation, attribut obligatoire à l'industriel.
Alors que la jeunesse de l'époque était attirée par des 'rock-stars' symboles d'une rébellion contre le "méchant-méchant système", les membres de Kraftwerk par exemple s'habillaient en costume-cravate et avaient toujours une apparence irréprochable, signe de rejet total des codes de rébellions alors, et encore actuellement, utilisés par la société marchande.La musique industrielle ne souffre pas des maux du marchandising. Les groupes fondateurs du mouvement se sont autoproduits, puis on finalement donné naissance à des labels spécialisés. Donc pas la peine de se demander si le public aimera, on ne sort que quelques milliers d'exemplaires qui trouveront toujours acquéreurs (parfois le tirage se limite même à 100), cela laisse toute la liberté aux artistes pour mener leurs expérimentations.

11:54 Écrit par Fettgans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.